Qu’est-ce que le diabète? (2/3)

Le diabète

Le diabète dit sucré est une maladie liée à une défaillance des mécanismes biologiques de régulation de la glycémie, concentration de glucose dans le sang. Cette maladie se manifeste par une augmentation sensible de la glycémie, et peut être causée par des facteurs génétiques ou se développer suite à une mauvaise hygiène de vie, ou encore pour des raisons inconnues à ce jour.

En France, on estime que 3,5 % de la population est atteinte de diabète (dont 10-20 % de diabétiques de type 1 et 80-90 % de diabétiques de type 2).

Différents types de diabète

La régulation de la glycémie par l’organisme est en grande partie liée à la capacité des cellules à absorber le glucose, faisant ainsi baisser sa concentration dans le sang. L’insuline est une hormone sécrétée par le pancréas, dont la fonction est d’augmenter l’entrée de glucose dans les cellules. C’est la seule substance de l’organisme capable d’éliminer le glucose, alors que beaucoup au contraire participent indépendamment à sa fabrication. On distingue deux types de diabète selon les dysfonctionnements présents.

Diabète de type 1

Autrefois appelé diabète insulino-dépendant (ou encore diabète juvénile), ce diabète apparaît le plus souvent de manière brutale chez l’enfant ou chez le jeune adulte.

Il se caractérise par :

  • une glycémie (taux de sucre dans le sang) supérieur à 1,6 g/l à jeun ou 8,8 mmols (la valeur normale étant compris de 0,8 et 1,10 g/l , de 1,10 à 1,25 on parle d’intolérance au glucose) et parfois une acétonurie (présence d’acétone dans les urines ,le seuil de passage de l’ acétone dans les urines est une glycémie de 2,5 g/l) accompagnée d’une haleine de « pomme reinette » caractéristique et une présence de sucre dans les urines ( glycosurie, le seuil du passage de sucre dans les urines est de 1,8 grammes) .
  • par une émission d’urine excessive (polyurie) entrainant une soif intense (polydipsie)
  • appétit anormal augmenté (polyphagie). Il a aussi pour conséquence un amaigrissement malgré une prise de nourriture abondante.

Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune aboutissant à une destruction totale des cellules bêta des îlots de Langerhans. Ces cellules sont chargées de la vérification du taux de glucose dans le sang et de produire plus ou moins d’insuline en fonction de la glycémie: ainsi, en cas d’hyperglycémie, l’insuline est produite en plus forte quantité. Situées dans le pancréas, leur destruction a pour conséquence une absence d’insuline dans le sang. Les diabétiques de type 1 doivent donc s’injecter de l’insuline plusieurs fois par jour tout au long de leur vie et manger de manière équilibrée. Cet équilibre glycémique étant précaire, traitement et alimentation varient au jour le jour en fonction des circonstances (activités, émotions, horaires, maladies, etc.). Le diabétique se doit donc d’être autonome dans sa gestion de la maladie.

Diabète de type 2

Autrefois appelé diabète non insulinodépendant (ou diabète de l’âge mûr), ce diabète survient classiquement chez l’adulte de plus de 40 ans présentant, dans 80 % des cas, une obésité ou du moins un excès pondéral. Au début de la maladie, la production d’insuline par le pancréas est normale (voire excessive).
Mais, les cellules de l’organisme chargées de capter et d’utiliser le glucose deviennent insensibles à l’insuline, d’où une augmentation de la glycémie.
Notons que jusqu’à récemment, ce diabète touchait essentiellement des adultes, à partir de la trentaine. En raison de l’obésité, il touche maintenant de plus en plus d’adolescents voire d’enfants.

Diabète gestationnel

Le diabète gestationnel représente tout état d’intolérance au glucose, quelle que soit sa sévérité, apparu au cours de la grossesse chez une femme sans diabète sucré connu antérieurement. Le diabète se définit par une glycémie veineuse à jeun supérieure à 1,26 grammes par litre de sang, à deux reprises. Mais, ici, c’est une simple intolérance au glucose qui doit être prise en charge. C’est une complication fréquente du diabète (environ 5 % des grossesses), et qui expose à des complications maternelles et fœtales potentiellement sévères. Il apparaît classiquement entre la 24è et 28 semaine d’aménorrhée, correspondant à la secretion de l’HPL par le placenta, responsable d’insulino résistance chez la maman.

2 Réponses to “Qu’est-ce que le diabète? (2/3)”

  1. Élizabeth Richer Says:

    Bonjour Mr. Houben. J’aimerais savoir s’il était possible pour vos prochains textes d’y mettre vos références bibliographiques afin que vos textes soient considérés, à une certaine limite, comme articles scientifques. C’est dommage parce que j’aime votre sujet et le contenu de vos textes portant sur le diabète, mais malheureusement, je ne peux intégrer ces informations dans mon travail parce que vous n’avez pas mis de références. Je vous remercie d’avance pour l’attention portée à mon message.
    Élizabeth, Étudiante UQO, Saint-Jérome

  2. Michael Houben Says:

    Bonjour,

    Je reprends systématiquement mes sources dans la partie bibliographie du blog. Les sources se référant à mon article « Qu’est-ce que le diabète? » sont celles du 25 octobre. Il est certain que ce serait plus cohérent de les mentionner également pour chaque article. Je le ferai ainsi pour la suite.

    N’hésitez pas me contacter si je peux vous aider.

    Bonne chance pour votre travail,

    Michael Houben

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :