La promenade de la mort

 Les colombiens appellent désormais «la promenade de la mort» cette errance en ambulance d’un centre de santé à un autre, jusqu’au décès, faute de soins et de couverture maladie. Plus de 65 cas de ce type font actuellement sujet d’une enquêt du gouvernement.

Aujourd’hui, officiellement, la loi assure une couverture universelle privatisée à trois étages : les plus riches cotisent aux assurances «de luxe», les salariés et indépendants à celles de base et les plus pauvres sont théoriquement pris en charge par l’Etat à travers d’autres assureurs privés, les «ARS». Toutes ces sociétés d’assurances, dont l’ancienne «Sécu» colombienne, devenue une concurrente parmi d’autres, encaissent les cotisations et sous-traitent les soins à des hôpitaux ou à des cliniques.

Alors que les assurances engrangent les bénéfices et sponsorisent des tournois de tennis les patients sont perdus dans un univers bureaucratique ubuesque, où tout examen suppose une démarche administrative. Les médecins, engagés par des contrats précaires dans la majorité des cas, sont sommés de réduire les coûts pour ne soigner que leur carrière. Les plus dépensiers, rappelés à l’ordre ­ notamment si l’assurance ne se situe pas dans le haut de gamme.

Les hôpitaux publics, pourtant tenus par la loi de soigner toute urgence, sont contaminés par cette politique des petites économies. Les assurances et ARS ne leur remboursent en effet que les soins qu’elles estiment nécessaires ; le reste est à la charge des établissements, déjà endettés, qui essaient en conséquence de rejeter les patients «mal assurés».

Fonds détournés. Dans plusieurs régions,  des milices paramilitaires ont détourné les fonds versés par l’Etat aux ARS en présentant de fausses listes d’affiliés. A Magangué, près de la côte atlantique, l’hôpital local a versé à une coopérative sous-traitante plus de 5 milliards de pesos (1,66 million d’euros)… qui ont terminé dans les poches de l’entourage du maire, accusé d’être lié aux milices.

Dans tout le pays, les fonds existent pour faire fonctionner la santé mais ils sont volés.

http://www.liberation.fr/page.php?Article=385795

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :